Famille Raba

Famille Raba

Au printemps 1999, la France participe à l’opération militaire de l’OTAN destinée à empêcher la déportation massive des Albanais du Kosovo. Parmi les victimes de l’épuration ethnique figurent Jusuf et Shpresa Raba, qui sont chassés de leur village et dont la maison est brûlée par les soldats de Slobodan Milosevic.

Après le retrait des forces de Belgrade, les Raba rentrent chez eux et, en dépit des pressions exercées par les extrémistes albanais, ils refusent de participer aux représailles contre leurs voisins serbes. Cette attitude leur vaut d’être harcelés et brutalisés par les nouveaux hommes forts du village. Terrorisés et craignant pour leur vie, les Raba quittent le Kosovo en automne 2001 avec leur fils Qirim, âgé de 2 ans et alors que Shrepsa est enceinte.

Arrivés en France clandestinement, ils s’installent à Gray (Haute-Saône), où naissent leurs deux autres enfants, Dashnor et Dashrujé. Inlassablement, les Raba demandent l’asile : en vain. En juin 2006, leurs trois enfants, qui ne parlent que le français, sont scolarisés, Jusuf a reçu une promesse d’embauche, et la famille Raba tente encore d’obtenir la régularisation dans le cadre de la circulaire Sarkozy.

Cette fois, ils ne seront pas seulement déboutés : arrêtés le 16 novembre à leur domicile, les Raba sont expulsés le 6 décembre. Dans l’avion qui les ramène au Kosovo, pas moins de dix policiers français les entourent. Revenus dans le village qu’ils avaient fui cinq ans plus tôt, les Raba vivent désormais reclus, isolés et surtout habités par la peur de voir ressurgir les brutes dont ils se croyaient délivrés.

Affiche précédente
Affiche suivante
Documents
Affiche format A1, couleurs
[PDF - 212.8 ko]
Affiche format A4, noir et blanc
[PDF - 155.2 ko]
Affiche format A4, couleurs
[PDF - 178.7 ko]
Contact
Nous contacter
Lettre d'informations
recevez par mail l'actualité de Cette France-là. S'inscrire.