Récits 1

page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

John Maïna

John Maïna s’est pendu le 15 février 2008. On l’a retrouvé dans la chambre du foyer où il résidait, au bout d’une petite rue tranquille de Meudon, en banlieue parisienne. Il venait de recevoir le courrier l’informant du rejet définitif de sa demande d’asile par la Cour nationale du droit d’asile. Dans la lettre qu’il a laissée, John a simplement expliqué qu’il préférait en finir plutôt que retourner au Kenya, où la mort l’attendait de toute façon. Il avait fui son pays deux ans auparavant et avait (...) suite

Marc

Marc est né au Cameroun en 1988. Il est orphelin de père et, lorsque sa mère se remarie, elle le confie à sa grand-mère. Mais celle-ci tombe malade et subvient difficilement à leurs besoins. Marc décide de quitter le quartier pauvre de Yaoundé, où il a grandi, pour venir en France. « J’étais prêt à faire n’importe quel travail, car mon but était de pouvoir me payer des études. » Arrivé sur le territoire français en janvier 2005, le jeune homme, qui a alors seize ans, est embauché pour effectuer des (...) suite

Stella Margean

Dans la Roumanie de Ceausescu, il y a trente ans, Stella, ouvrière dans une fabrique de biscuits, épouse son collègue, Marcel, Roumain tzigane. Leurs familles s’opposent farouchement à cette union. « Mais, après huit ans de mariage, Marcel est tombé très malade des reins, et sa mère, qui ne m’avait jamais permis de franchir le seuil de sa porte, a vu à quel point je souffrais pour lui, et elle a eu pitié de ma pitié. Elle m’a enfin acceptée », raconte Stella. Après la chute du régime en 1989, le (...) suite

Ghislaine Antou Matouba Fouma

Le 18 février 2008, Gloire de Dieu, onze ans, rentre du collège chez lui, à Corbeil-Essonnes. Il attend sa mère qui n’arrivera pas. Ghislaine Antou Matouba Fouma a été arrêtée sur son lieu de travail dans la matinée. Elle est enfermée au centre de rétention de l’île de la Cité, à Paris. Ghislaine a quitté le Congo-Brazzaville en 1998, peu de temps après la guerre civile pendant laquelle sont morts son père et sa soeur. Après s’être réfugiée pendant quatre ans au Gabon, elle retourne au Congo pour (...) suite

Joseph Mbah

Joseph a trente-sept ans et en paraît dix de plus. Est-ce la lassitude de son visage ou son air un peu perdu qui attire l’attention ? Alors qu’il vient à peine de passer la frontière et d’arriver en France, le 11 juin 2008, la police le repère et l’arrête à la gare de Bellegarde. « Ils m’ont donné un APRF : j’avais seize jours pour quitter le territoire français. » Joseph se refait contrôler à Narbonne moins d’une semaine après, le 17 juin. Enfermé au centre de rétention de Nîmes, il fait une demande (...) suite

Anis Miladi

Le 21 avril 2008, Anis, un jeune homme âgé de vingt et un ans d’origine tunisienne, rend visite à sa soeur à Villejuif, dans le Val-de-Marne. En entrant dans l’immeuble, il détecte une odeur de brûlé. Il frappe alors à toutes les portes, de tous les étages, pour que les habitants évacuent les lieux. Arrivé au huitième étage, il repère l’appartement d’où la fumée s’échappe. Immédiatement il prévient le concierge et les pompiers. Les secours arrivent et trouvent dans l’appartement une vieille dame de (...) suite

Milande

Milande quitte Haïti en 2002 à la demande de sa famille inquiète du nombre croissant d’enlèvements à Port-au-Prince. Peu de temps après son arrivée en Guadeloupe, elle rencontre Gustave, un Guadeloupéen avec qui elle vit quelques mois. Toutefois, l’alcoolisme de son compagnon rend très vite la vie quotidienne difficile. Milande choisit de le quitter pour partager une maison avec d’autres Haïtiens. Mais un mois après la séparation, elle s’aperçoit qu’elle est enceinte. En dépit de ses conditions (...) suite

Willy Minlend

Ce mois d’avril 2008, Willy Minlend, dix-neuf ans, a fait une bêtise. Un chapardage dans un magasin de Tours, qui a conduit à son arrestation. L’objet remboursé au commerçant, ce dernier n’a finalement pas porté plainte. Un banal larcin sans conséquence apparente. Seulement voilà, Willy est camerounais et n’a pas de papiers. Et ce n’est pas une sévère réprimande qui l’attend, mais une convocation pour un embarquement immédiat à Roissy, deux ans après avoir posé les pieds sur le sol français. visa (...) suite

Miryam

« Je suis Miryam, je suis iranienne » : le seul papier retrouvé sur Miryam, à son arrivée à Alençon en Normandie, ne comportait pas d’autre mention. C’était en octobre 2004. Miryam venait de passer plusieurs semaines cachée dans des camions à travers l’Europe. « J’étais sale, j’avais faim et froid. J’ai atterri dans un foyer pour les sans-abri. Puis le Secours catholique m’a offert un billet de train pour Paris. À mon arrivée, j’ai dormi dans des cabines téléphoniques et dans des hôpitaux. J’ai mangé (...) suite

Famille Moussa

« Sachez, nos chers amis, que la famille Moussa, Mohamed, Amel et Racha, sont nés le 14 décembre 2003, mais la famille entière est décédée le 4 janvier 2008. » Ces mots, adressés aux membres de RESF Privas, ont été écrits par Mohamed Moussa, le 20 août 2008, à Alger. Cinq ans plus tôt, les Moussa étaient propriétaires d’un commerce dans la capitale algérienne, jusqu’au jour où Mohamed a refusé de se plier au racket dont ils étaient victimes. Leur magasin est alors incendié. Le couple et leur fille de (...) suite

page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

cette France-là, volume 1, 06 05 2007 | 30 06 2008

cette France-là, volume 1

Disponible en ligne

consulter le sommaire

en savoir plus sur le volume 1

Contact
Nous contacter
Lettre d'informations
recevez par mail l'actualité de Cette France-là. S'inscrire.